Les Papeteries, Campus Seine / Nanterre

«Arboretum est une solution plus qu’un lieu, c’est une nouvelle approche du quotidien, généreuse, confortable, modèle par excellence de l’innovation et de la créativité » François Leclercq

La réouverture du site de la Papeterie de la Seine est un événement "historique" pour la ville de Nanterre : par la taille de l’emprise concernée –un terrain de plus de 17 hectares d’un seul tenant-, sa place dans la mémoire de la ville, sa situation unique en bordure du fleuve, la qualité de sa desserte et sa proximité avec un des plus beaux parcs des bords de Seine réalisés lors de ces dernières années, ce lieu est une ressource rare.

La Seine a été successivement un attracteur de l'activité industrielle et un lien logistique, puis le révélateur d’une désindustrialisation des territoires du Grand Paris, avant d’être reconnue comme une valeur en soi par ses qualités de paysage, d’identité, de pratiques de loisirs, de réservoir de biodiversité. C'est de la révélation de ce potentiel qu'il est question ici, par un projet qui tire précisément ses qualités de son inscription dans un lieu et une mémoire exceptionnelle. L’ouverture de cette enclave sera l’occasion de constituer ici une nouvelle "adresse", un lieu de convergence à même de perpétuer les différentes histoires à l’œuvre sur ce site.

Une histoire du travail sous toutes ses formes

La Papeterie de la Seine a employé jusqu’à 1500 personnes sur le site dans les années 1950. Si un site industriel « lourd » n’a plus de légitimité économique aujourd’hui, à une encablure du premier quartier d’affaires européen, il y a ici matière à imaginer un site qui perpétue cette histoire du travail en l'adaptant aux besoins actuels et en la déclinant dans toutes ces dimensions : fonctions métropolitaines de décision autour d’un ambitieux campus tertiaire tourné vers l’innovation, locaux abritant des activités d’échelles variées pleinement ouverts sur un tissu de PME productives et/ ou créatives, fonctions commerciales et enfin fonctions logistiques, car l'accès au fleuve et au rail est une opportunité rare qu’il ne faut pas gaspiller.

 

Une histoire paysagère

Venir s’implanter sur cette pente douce vers la Seine, qui ménage des vues imprenables sur les berges et sur l’île Fleurie, c’est imaginer la suite d’une histoire dont le premier épisode s’est écrit avec le parc du Chemin de l’île, le chemin de halage, et les premières retrouvailles avec la Seine. Réalisation exemplaire mettant en valeur un paysage de berges, le projet du parc inscrit le chemin de l’eau et la question de l’énergie renouvelable au cœur de ses espaces. La qualité du projet sera de s’adresser sur ce parc, de le connecter et d’en proposer une extension visuelle, sans créer une nouvelle clôture qui recréerait la forteresse de la Papeterie.

 

La révélation du patrimoine d’un site industriel

Les Papeteries ont modelé le paysage urbain par leur présence architecturale forte, vues du parc existant ou des voies ferrées. Ce patrimoine présent mais inaccessible est une source d’inspiration prégnante pour créer l'image d’un site contemporain, attractif, mais qui ancre son histoire dans l'esprit des lieux. Nos propositions partent d'un travail d'inventaire des qualités du patrimoine existant et de l'adéquation de ces bâtiments avec les fonctions futures en termes de situation et de typologie architecturale.

> Une histoire du travail sous toutes ses formes. La Papeterie de la Seine a employé jusqu’à 1500 personnes sur le site dans les années 1950. Si un site industriel « lourd » n’a plus de nécessité économique aujourd’hui à une encablure du premier quartier d’affaires européen, il y a ici matière à imaginer un site qui perpétue cette histoire du travail en l’adaptant aux besoins actuels et en la déclinant dans toutes ces dimensions : fonctions métropolitaines de décision autour d’un ambitieux campus tertiaire tourné vers l’innovation, locaux abritant des activités d’échelles variées pleinement ouvert sur un tissu de PME productives et/ou créatives, fonctions commerciales et enfin fonctions logistiques, car l’accès au fleuve et au rail est une opportunité rare qu’il convient de ne pas gaspiller.Le site de la Papeterie de la Seine à Nanterre est une ressource rare : par la taille de de l’emprise concernée – un terrain de plus de 17 hectares d’un seul tenant, sa place dans la mémoire de la ville, sa situation unique en bordure du fleuve, la qualité de la desserte, sa proximité avec un des plus beaux parc des bords de Seine réalisés lors de ces dernières années… Sa réouverture est un événement historique pour la ville.
La Seine a été successivement un attracteur de l’activité industrielle et un lien logistique, le révélateur d’une désindustrialisation des territoires du Grand Paris avant d’être considérée comme une valeur «en soi», par ses qualités de paysage, d’identité, de pratiques de loisirs, de réservoir de biodiversité. C’est de la révélation de ce potentiel qu’il est question ici, au travers d’un projet qui tire précisément ses qualités de son inscription dans un lieu et une mémoire exceptionnels. Il importe que l’ouverture de cette enclave soit l’occasion de constituer ici une nouvelle «adresse», un lieu
. 1 . SUR LE TERRITOIRE DU GRAND LA DÉFENSE (EPADESA), 124 860M² DE BUREAUX BAS CARBONNE DANS UN PARC DE 9 HA, EN BORD DE SEINE ARBORETUM3confidentiel et non contractuelde convergence à même de perpétuer les différentes histoires à l’oeuvre sur ce site :
> Une histoire du travail sous toutes ses formes. La Papeterie de la Seine a employé jusqu’à 1500 personnes sur le site dans les années 1950. Si un site industriel « lourd » n’a plus de nécessité économique aujourd’hui à une encablure du premier quartier d’affaires européen, il y a ici matière à imaginer un site qui perpétue cette histoire du travail en l’adaptant aux besoins actuels et en la déclinant dans toutes ces dimensions : fonctions métropolitaines de décision autour d’un ambitieux campus tertiaire tourné vers l’innovation, locaux abritant des activités d’échelles variées pleinement ouvert sur un tissu de PME productives et/ou créatives, fonctions commerciales et enfin fonctions logistiques, car l’accès au fleuve et au rail est une opportunité rare qu’il convient de ne pas gaspiller.
Maître d'ouvrage

Woodeum et BNP Paribas

Surface

17 hectares

Montant des travaux

Calendrier

Début des études 2016

Maîtrise d'œuvre

Agence François Leclercq Architectes Urbanistes (Paul Laigle, Guillaume Baillard, Cecile Villerio, Charlotte Kientz, Alejandro Sahuquillo, Jérémy Ranaivo, Alexandre Lezé), Agence Laisné Roussel

Programme

mixte Campus de Bureaux/ Parc d’Activités/ Commerces

Mission

Maîtrise d’oeuvre des bâtiments du campus et coordination urbaine de l’ensemble

Certification